décembre 5, 2021

Le bond en avant numérique de la Chine

Le bond en avant numérique de la Chine

Le géant asiatique veut protéger sa cybersouveraineté par des mesures telles que l’interdiction des crypto-monnaies ou une réglementation limitant la collecte des données de ses citoyens.

La Chine prend des mesures pour protéger sa souveraineté numérique. Telle est l’interprétation des dernières mesures prises par Pékin, qui a renforcé sa capacité à manœuvrer sur les grandes entreprises technologiques (nationales et étrangères) et a veillé à ce que ce qui se passe dans le cyberespace ne puisse pas éroder le pouvoir de l’État. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’annonce de la semaine dernière : le gouvernement interdit les crypto-monnaies. Il ne sera plus possible de faire des échanges avec eux dans le géant asiatique, ce qui signifie que la seule monnaie virtuelle autorisée sera le yuan numérique. La Chine est ainsi devenue la première grande puissance à prendre une décision définitive dans ce domaine.

Un choix politique de l’innovation numérique

Ce n’est pas la seule politique majeure qui a été récemment déployée dans la sphère numérique : en novembre, la première réglementation du pays en matière de confidentialité des données entrera en vigueur. La loi sur la protection des informations personnelles (PIPL) établit des droits pour les citoyens similaires à ceux prévus par le règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE. Les entreprises devront collecter le moins de données personnelles possible et les garder en leur possession le moins longtemps possible. Pour ce faire, ils devront obtenir le consentement préalable des utilisateurs, qui pourront également demander la portabilité des données ou l’accès à leurs données s’ils le souhaitent.

Jamais auparavant les citoyens chinois n’avaient eu de telles garanties. Le règlement entre en vigueur après que plusieurs scandales liés à la mauvaise gestion des données personnelles ont sensibilisé le public à cette question. Le cas le plus médiatisé a été le décès en 2016 d’une jeune étudiante, victime d’un arrêt cardiaque après avoir appris que toutes ses économies familiales avaient été volées par une escroquerie rendue possible par la fuite de ses données. Bien que les restrictions du nouveau règlement n’affectent pas les autorités publiques, qui pourront continuer à surveiller les citoyens à l’aide d’outils numériques, le message est clair : la fin du tout est permis.

La règlementation numérique de la Chine

Il s’agit du dérivé le plus discuté du règlement : il concerne pleinement toutes les entreprises opérant en Chine, y compris les entreprises étrangères. En fait, elle se concentre sur ce dernier point. Elle « restreint sévèrement le commerce transfrontalier des données ». Ceux qui veulent accéder à ces informations devront obtenir l’autorisation du CAC, le Conseil chinois de la cybersécurité. D’une certaine manière, c’est une façon de protéger les données qui sont générées en Chine », interprète Andrea G. Rodríguez, chercheur en technologies émergentes au Cidob (Centre des affaires internationales de Barcelone).

La gestion des flux de données transfrontaliers n’est pas une mince affaire. Les États-Unis et l’UE ont connu des hauts et des bas à cet égard. Entre 2000 et 2015, l’accord Safe Harbour a permis aux entreprises américaines de ramener chez elles des données collectées en Europe. Annulé par la Cour de justice de l’UE (CJUE) à la suite des révélations d’Edward Snowden, qui a mis en lumière l’espionnage systématique des États-Unis dans plusieurs pays européens, Bruxelles et Washington ont signé un nouvel accord en 2016, le Privacy Shield, pour permettre aux grandes entreprises technologiques de ramener des données en Amérique et de les y traiter. La CJUE l’a déclaré invalide en 2020, estimant que les États-Unis n’offraient pas de garanties suffisantes pour que les données des Européens soient traitées avec des normes de confidentialité comparables à celles de l’UE.

La chine impose ses règles aux géants américains

Google, Facebook, Amazon et toute autre grande entreprise américaine n’ont pas cessé de traiter les données des citoyens européens, mais ils le font désormais sur le sol européen, ce qui signifie qu’ils doivent respecter les règles de l’UE. C’est la même chose qui va se passer désormais en Chine : ils pourront toujours opérer, mais selon leurs règles.

En un sens, l’évolution de la Chine vers la protection de la vie privée peut être interprétée comme une réponse aux politiques occidentales contre les entreprises asiatiques. « Les autorités émettent des réserves sur les entreprises dont les données sur les citoyens chinois sont rendues publiques en dehors du pays. C’est une réaction réciproque à celle qu’ont eue les États-Unis lorsque le président Donald Trump a interdit le téléchargement des applications chinoises TikTok ou WeChat dans le pays », explique Luis S. Galán, qui vit en Chine depuis plus de dix ans et dont l’entreprise de développement numérique, 2Open, opère depuis Shanghai.
Défendre la souveraineté numérique

L’une des caractéristiques des crypto-monnaies est qu’elles rendent les transactions anonymes. Avant de devenir un véhicule de spéculation, le bitcoin était une référence pour ceux qui rêvaient d’un système monétaire alternatif, décentralisé et autogéré par la communauté des utilisateurs. Si elles devaient être imposées aux monnaies traditionnelles, qui ont aujourd’hui cours légal, il faudrait que les banques centrales du monde entier puissent utiliser le bitcoin comme véhicule de spéculation.

Quitter la version mobile